mon château en Espagne

Etais-ce dure de réussir en indépendant ?
Oui, mais c’est beaucoup plus dure de rester employé !

Nous sommes là pour vous réconforter et vous faire plaisir en cette rentrée, alors révisons juste vos classiques et quelques fausses croyances liées à l’autoentrepreneur ou le regime réel !


La maladie ? bah je suis toujours en forme... !

 

 la couverture maladie en portage Labelvie est assortie de possibilités de toucher des indemnités journalières en cas d’arrêt de travail….et encore une fois nombre d’indépendants sous-estiment ce risque et rejoignent LABELvie quand ils se sont brulé les ailes d’auto-entrepreneurs. Chez LABELvie la mutuelle est efficace , [chose que l’indépendant  néglige souvent, car les cotisations demandées en solo sont élevées

Santé, retraite, logement, soutien, charges … le parcours du combattant pour les indépendants

la vie de freelance n’est pas tous les jours un long fleuve tranquille. Car avec l’indépendance arrive aussi la gestion autonome de tous ces avantages qui paraissent naturels aux indépendants en portage salarial salarial. Gérer les factures, trouver des clients ou encore négocier sa mutuelle sont autant d’aspects à administrer au quotidien. La vie personnelle est elle aussi impactée par ce statut qu’il s’agisse de l’autoentrepreneur ou au réel. Trouver un logement, par exemple, relève du parcours du combattant face à des bailleurs et des banques qui ne voient que par les fiches de paie de salariés. Sans parler de la retraite ou de l’assurance chômage tellement plus sécure avec LABELvie.

La retraite ? bah c’est loin… !

Avec ses charges supérieures, le salarié en portage chez labelvie dispose d’une couverture sociale de bien plus haut niveau avec le régime spécial à 90%. Il accumule  des points plus vite et plus facilement en vue de sa retraite, qu’en restant à son propre compte . Nombre d’indépendants nous rejoignent à l’aube de la retraite en comprenant bien qu’il leur manque nombre de trimestres….

Le chômage ? bah je garderai toujours mes clients...!

C’est une pensée magique de nombre d’indépendants, alors que d’autres attendent une reforme de l’assurance chômage …usine à gaz bien complexe. Alors oui cela vaut la peine de percevoir moins qu’en auto-entrepreneur ou au réel avec le portage salarial LABELvie.  En effet bien que complètement autonome dans la gestion de son activité, l’indépendant LABELvie reste tout de même dans un concept de  salariat avec les avantages que cela comporte. En l’occurrence il lui est tout à fait possible de percevoir des indemnités chômage entre des missions ou en fin d’activités par exemple. 

Les Frais pro & la TVA ? bah j’en ai pas… !

L’ indépendant est régulièrement amené à engager nombre de frais au cours de son activité. Il peut s’agir de dépenses de déplacements, [billets de train ou d’avion, essence , hôtel, repas ]. Les consommables, papier ou cartouches d’encre, le matériel informatique, logiciel, fournitures, produits, pub, site internet, etc… tout cela influe sur la situation de l’auto-entrepreneur, car :                                                                                                                                                                                       – Il les paie de sa poche avec la TVA.                                                                                                               – Il doit donc d’une façon ou d’une autre le facturer largement plus cher puisqu’il subit également là-dessus des prélèvements obligatoires.                                                                                                       – Son montant entre en compte en outre dans son calcul d’Impôt sur le Revenu des Personnes Physiques, sans déduction.

Pour les mêmes dépenses, l’indépendant en portage LABELvie :

  • Se fait rembourser au titre des frais professionnels TTC et ne paiera pas d’impôt sur ces montants ….et par conséquent ne majore pas ces tarifs clients !

A bien y regarder, la différence de rémunération disponible  en portage n’est pas si exorbitante qu’il pourrait sembler par rapport à l’autoentrepreneur et quasi nul par rapport à l’indépendant au réel. La part de rémunération réellement acquise à la société de portage LABELvie est faible. Elle correspond pourtant à une gestion lourde, chronophage, et contraignante adossée à un soutien humain qui a quand à lui pas de prix!

L'histoire de Martine

Après 8 ans salarié en entreprise, puis 15 ans en tant que traductrice indépendante  Mireille H. a rejoint LABELvie en 2017. 

Un choix que cette traductrice libérale, très expérimentée, basée en Île de France, ne regrette pas du tout. Parmi les bonnes raisons qui l’ont convaincue à passer en mode  portage ou « salariée-indépendante » découvrez ce que le destin lui a réservé…

Ce feuilleton de la vie de Mireille pourrait se titrer : « le jour où mon client principal m’a planté ». On est au début  2016. Mireille qui exerce en freelance depuis 2003 découvre que son donneur d’ordre principal cesse sa collaboration avec elle. La moitié de son chiffre d’affaires, soit 30 K€  s’évapore en un email après des années de loyaux services. Impossible de faire face aux prochaines charges obligatoires basées sur l’année précédente et d’investir dans un nouvel outil PAO pourtant indispensable…

Exercer en tant que portée elle y avait déjà songé…

Exercer en portage LABELvie, Mireille y avait déjà pensé. Elle s’était déjà renseignée par le passé et se souvient qu’elle avait eu un excellent contact avec une autre indépendante porté en coiffure à domicile qui était venu à son domicile lui expliquer le concept de portage salarial LABELvie.
Mais Mireille reconnaît sans détours qu’à l’époque, les aides à la création d’entreprises (ACCRE) rendaient le statut d’indépendante plus intéressant financièrement en plus du dispositif auto-entrepreneur franchement peu coûteux en charges obligatoires.  Mais ça c’était avant la grande désillusion, celle de se dire que son indépendance, son château en Espagne était en vérité un cabanon…

LABELvie m’a fait confiance avec le préfinancement de mon outil PAO, une avance de salaire, un accompagnement auprès du RSI pour la radiation et l’étalement de mon passif, de véritables anges gardiens…

 l’opportunité de l’effet de levier avec une communauté de traducteur a également beaucoup compté dans sa décision mais également le besoin de valider des trimestres de retraite en portage  aux vues des faibles acquis en libérale !
Durant toutes ces années d’exercice en indépendante, Mireille a aussi sous -traité souvent avec nombres d’indépendants qui avaient les mêmes préoccupations qu’elle mais sans jamais pouvoir en tirer un bénéfice humain et permanent. Le fait de pouvoir bénéficier d’un système de soutien et d’opportunités a pesé très lourd dans la balance. « la solitude de l’indépendant et du client principal qui vous lâche : je sais ce que cela pèse!! » raconte t-elle.

Le statut indépendant était plus anxiogène que libérateur

Au bout de toutes ces années, Mireille constate que le statut d’indépendante ne « l’emmenait pas vers la liberté » . « Honnêtement, je ne regrette pas du tout mon passage chez LABELvie. Le véritable bonheur, c’ est d’avoir un statut assimilé salarié avec tous les avantages, le soutien et la paix que j’avais oubliés dans ma quête d’indépendance.
Elle met aussi en avant les autres avantages comme les avances de rémunération, l’administratif qui est allégé, la fin de la comptabilité et des factures fournisseurs et des relations avec les organismes. « LABELvie n’est pas qu’une société de portage salarial , plus que tout Mireille apprécie la bienveillance permanente de LABELvie , une seconde famille pour entreprendre.